Vie de Roots | Blog & Carnet de Voyage d'aventures sur les routes... | La Lullfitz Nurcery
Carnet de voyage retracent nos periple autour du monde petit voyage pour commancer pour devenir de plus en plus grand grace a vous peut etre
Voyage, travel, Roots, Australie, Working holidays, PVT, Japon, Nouvelle Zelande, carnet de voyage, Blog de voyage, Recit, Couple,
52580
post-template-default,single,single-post,postid-52580,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland shared on themestotal.com-ver-1.8.1, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed

La Lullfitz Nurcery

Comme nous vous l’avions précisé dans le précédent article nous séjournions dans la maison de Allison et Brian, au début nous étions dans son jardin et nous profitions de la douche, de la cuisine, le tout gratuitement. Pour la remercier Virginie faisait sa vaisselle et ménage de temps en temps, nous avions également était invité a partager un moment tous ensemble a Fremantle, pour un barbecue et ensuite direction la plage pour sauter des falaises de 10m.

Deux semaines après notre arrivée, le couple devait déménager dans un quartier résidentiel, bien entendu nous étions les bienvenus à les suivre, en revanche dormir dans son van dans un lotissement c’est un peu compliqué ! Du coup, nous avons établit nos quartiers dans sa nouvelle maison toute propre et neuve, car les australiens et la propreté ça fait deux… Vivre avec 4 chiens dans une maison et ne jamais faire le ménage je vous laisse deviner l’étendu des dégâts….

Bref, nous voilà donc installé dans dans la ‘spare room’ (chambre d’ami) un matelas à même le sol et en avant Guingamp… La maison étant beaucoup plus petite que la précédente et vivant au quotidien avec eux le climat à commencer à s’assombrir… Ne pouvant pas laisser le van dans leur jardin à cause de la propriétaire des lieux, nous étions obligé de le garer chez une amie à eux et marcher tous les jours 10mn pour arrivé à destination, autant vous dire qu’il ne fallait rien oublier pour faire la cuisine. Un peu plus tard, ils nous annonce que comme nous vivions désormais chez eux, nous devions leur donner une participation de 50$ par semaine pour l’eau, gaz et électricité, ce qui en soit est tout à fait justifier et ne nous posé aucun problème. Puis de grosses disputes à répétition entre le couple ont fait leur apparition, donc de temps en temps nous n’avions pas le droit de rentrer avant une certaine heure et nous passions la plupart de notre temps à la librairie.

Entre disputes et mauvaise humeur quotidienne, l’ambiance générale c’est rapidement dégradée et ne sachant pas si nous en étions la cause ou pas, nous avons décidé de trouver un plan B et de partir au plus vite de cette maison de fou car cela commencer à nous affecter. L’option la plus évidente était de s’installer directement sur notre lieux de travail. Un couple de français avec qui nous travaillons avait plus ou moins le même problème avec leur famille de woofer et le patron de la pépinière leur à gentiment proposé de s’installer sur place.

C’est comme ça que nous avons implanter un camp de roumain à la pépinière… Nous dormions dans le van et avions accès au courant pour brancher notre super frigo qui jusqu’a présent n’avait jamais vraiment était utilisé. Nous pouvions utiliser la douche, les toilettes et même la cuisine mais nous faisions tout de même à manger dans le van pour ne pas trop empiéter sur l’espace vital de notre hôte. En compensation de l’hébergement nous participions à l’effort collectif le samedi ce qui nous rapportait tout de même 120 dollars de plus par semaine.

Le travail

Nous.sommes.passer.depuis.peu.aux.horaires.d’hiver.7h.15h30.
En ce qui concerne le travail des filles, nous étions sous la responsabilité d’Allison (notre ancienne hôte), nous plantions des petites pousses, trions la mauvaise herbe, la plupart du temps à l’extérieur.
Lorsque nous étions à l’intérieur nous mettions en terre les boutures récoltés la veille à un rythme plutôt soutenu.
Pour les garçons, les tâches étaient un peu plus physique et variées, cela comprenait la partie plantation des boutures dans des pots de plus grande taille, disposer de manière spécifique les pots au sol, du nettoyage dans les allées, aider à la construction de serres et faire des réparations en tout genre…

Au commencement de notre activité la pépinière était dans un sale état, plus de la moitié des sections n’était pas utilisées et pour certaines laissée à l’abandon depuis plus de 5 ans.
En un peu plus de trois mois et avec l’aide de nos compatriotes backpacker nous avons pu redonner vie à la quasi.totalité.des.parcelles.de.la.nursery.
Malgré la valeur ajoutée qu’on n’a pu apporté à cette entreprise, notre bien aimé George (Le patron) n’étant pas très alèse avec les compliments, nous pourrissait la vie au quotidien en nous épiant constamment, balançant des remarques totalement déplacés à longueur de journée, Bref une vrai tête de con…
En dehors du travail c’était un tout autre homme, très amicale et sympathique mais son penchant pour le rouge et autres boissons alcoolisées mixé avec son début d’alzheimer lui provoqué parfois des sautes d’humeur incontrôlable… A force de le côtoyer au quotidien on n’a bien fini par s’en accommoder.

Durant les premiers mois nous avons pu trouver en parallèle de notre travail à la nursery, une ferme situé à Gingin qui nous à employé pour ramasser des pastèques de 16h à 19h, autant vous dire que les journées été longues.et.éprouvantes…
Quelques temps après avoir commencer cette nouvelle activité nous avons demandé à George si nous pouvions travailler chez lui sur le même créneau horaire pour économiser de l’essence, du temps et gagner plus d’argent. Il a finalement accepté dès le lendemain et nous avons du abandonné notre job de picking.
Ce nouvel accord n’aura duré que peu de temps car 2 semaines après avoir commencer nos extras hours à la pépinières notre cher est tendre patron décida de virer 2 de nos collègues de travail sous prétexte qu’elles avait fini 20 minutes plutôt que l’horaire prévu et du coup il nous à également demandé de reprendre les horaires normaux, fini les extra !

Comme nous avons quasiment travaillé tous les samedi cela nous à finalement à de compenser la perte de nos.heures.supplémentaires.en semaine.   
D’une manière générale le travail n’était pas très physique en soit mais la chaleur et la répétition des tâches pendant 7h sont usant à la longue.

Les copains

A notre arrivée à la nursery nous avons eu la chance de tomber sur un petit groupe de Français avec qui nous avons très vite sympathisé. Ce fut pour nous une très bonne source de distraction cela nous a permis de profiter pleinement de nos brefs moments de repos autant au sein de la pépinière qu’en dehors.

Durant ces 3 mois de travail on a essayé de rentabiliser au maximum notre temps libre, nous avons par exemple participer à un Festival Electro sur Joondalup « Future Music Festival », on n’a pu y voir de très bons artistes tel que Prodigy, Nero, Sigma, Die Antwoord, etc…

Durant le week end de Pâques on s’est autorisé une petite escapade sur Margaret River en très bonne compagnie, on n’a pu visité une fabrique de chocolat très réputé, une caverne « Mammoth cave » et participé à des dégustations de vin et bières locales.

Dès que nous avions un moment de libre nous organisions fréquemment des apéros et des repas avec tout le monde ce qui nous à permis de mieux nous connaitre les un les autres. De belles rencontres et de vraie amitié sont née de ces 3 mois de dur labeur au sein de la nursery.

No Comments

Post a Comment

RETROUVEZ NOUS SUR INSTAGRAM @VIEDEROOTS [instagram-feed id="1524161449", disablemobile="false"]
giay nam depgiay luoi namgiay nam cong sogiay cao got nugiay the thao nu