Le bilan | Vie de Roots | Blog & Carnet de Voyage d'aventures sur les routes...
Carnet de voyage retracent nos periple autour du monde petit voyage pour commancer pour devenir de plus en plus grand grace a vous peut etre
Voyage, travel, Roots, Australie, Working holidays, PVT, Japon, Nouvelle Zelande, carnet de voyage, Blog de voyage, Recit, Couple,
52653
post-template-default,single,single-post,postid-52653,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland shared on themestotal.com-ver-1.8.1, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Le bilan

Que le temps file, il est déjà l’heure de faire le bilan de mon expérience à l’autre bout du monde. Mon rêve australien touche bientôt à sa fin avec son lot de souvenirs, d’images et de rencontres inoubliables gravés dans ma mémoire.

Déjà pour commencer comment exprimer ce que ça m’a fait de revenir en Australie. Il faut déjà planter le décor. En Australie, pendant ma première année de working holiday visa, j’ai connu mon lot de galère mais aussi un bonheur souverain et absolu, qui n’a rendu la fin du rêve que plus dure. A mon retour et en 2ans passés en France, j’ai eu le temps de m’en poser, des questions. D’abord sous la pression du « il faut retourner au travail ! », « pense a ta retraite ». oui, parfois, quand on revient de voyage, on n’est pas du tout accueilli par des « ça a dû être super ! », « tu me montres tes photos ? » ou même un philosophique « est-ce que ça a changé ta vie ? ». Non, non. Parfois, on vous intime juste de rentrer dans le rang, comme si les années de voyage n’étaient qu’une monumentale ellipse au cours normal de l’existence, et qu’il s’agit maintenant de l’oublier en la mettant fermement derrière soi.

Mais ma seule envie était de retrouver ma vie, ma vraie vie, c’est-à-dire celle du bush, du camping, des kangourous et des petits oiseaux qui te réveil a 5h du mat. Il y a eut, comme qui dirait, un décalage. Pendant  2ans, mon seul objectif a été de revenir en Australie. Pourquoi ? Parce que je voulais savoir si cette Australie qui m’obsédait tant, je l’aimais vraiment passionnément, à vie, ou si je ne ressentais tant d’amour que par le jeu d’une nostalgie idéalisatrice. Parce que je voulais savoir si l’Australie, je l’aimerais toujours maintenant que le voyage aller être différent. Je souhaitais également fuir la France, sa crise, son stress, son insécurité et son pessimisme. J’avais besoin de savoir si j’étais prête à construire ma vie et pourquoi pas une carrière à l’autre bout de la terre.

Quand j’ai reposé le pied à Perth, autour de moi, les gens parlaient tous anglais, j’étais de retour en Australie, et mon cerveau avait encore du mal à l’intégrer. La ré-acclimatation s’est faite lentement. Peu à peu, comme si je me rappelais comment marcher après un petit accident moteur. Le retour en Australie, c’est tout ce que j’imaginais et davantage encore, c’etait un début timide et prudent, comme si j’étais un enfant qui vient de recevoir un nouveau jouet trop beau pour lui et qui a peur qu’on le lui retire des mains à chaque instant. Et puis, par paliers, comme ça, au fil du temps, tu comprends qu’il est à toi, ce jouet, parce que tu l’as mérité et que tu t’es battu comme un fou pour l’avoir. Et là, une explosion de bonheur pur et parfait te secoue de bout en bout, une joie rageuse et violente, un sentiment de fierté, de victoire, une euphorie tout simplement.

 

Alors c’est avec un grand “Oui” que je peux vous affirmer aujourd’hui que ces deux années ont probablement.été les.plus.enrichissantes.de.toute.
 Néanmoins le quotidien d’un backpacker n’est pas que de surfer, faire des grosses soirées et voyager dans son 4×4 autour de l’Australie. C’est aussi savoir travailler sans compter car tout le monde ne décroche pas son “dream job” et le coût de la vie est parfois difficile à assumer. C’est en étant livré à soi-même dans un pays étranger où les visites sont rares qu’on se découvre des ressources dont on n’imaginait pas l’existence, qu’on ouvre les yeux sur de nombreuses choses et surtout sur ses erreurs, qu’on prend du recul face à certaines relations, qu’on apprend à se connaître et à savoir quelles sont nos priorités dans la vie. Je n’ai peut être pas grand chose sur mon compte en banque, je n’ai pas de bien immobilier, mais pourtant j’ai des souvenirs que personne ne pourra jamais m’enlever, ils sont là dans ma tête à jamais. Chaque voyage sans exception m’a apporté quelque chose, m’a ouvert l’esprit, m’a enrichi culturellement.

 

J’ai souvent eut les mêmes réflexions qui reviennent sans cesse ‘’tu as de la chance ‘’ ou encore ‘’on t’envie’’. Moi je dit STOP… voyager n’est pas une chance, c’est plutôt un CHOIX.

Je pense sincèrement que le voyage est à la portée de  tout le monde mais « tout le monde » n’a pas forcément comme priorité de voyager et ne se donne pas forcément les moyens de partir loin. Tout est une question de caractère, de volonté, de persévérance, de capacité à poursuivre ses rêves jusqu’au bout. Dans la vie la chance n’est pas toujours là, il faut donc la provoquer. Et ça il n’y a que vous et vous même qui pouvez le faire. La vie n’est pas un doux rêve ou l’on ne travaille pas, dans laquelle on a des congés illimités, et un porte monnaie qui se remplit tout seul. Il faut donc se restreindre sur certaines choses, pour avoir du temps et de l’argent pour les voyages. Tout est une question de « vécu », de successions d’expériences de la vie qui font que l’on se sent capable ou non de « faire les choses », d’avoir « confiance en soi » et de « lâcher prise pour s’envoler vers l’inconnu ».

J’en profite donc pour passer un message :

Si tu t’ennuies comme un rat mort dans ton bureau et si tu ne sais pas pourquoi tu es encore là, pourquoi tu continues à vivre une vie qui ne t’apporte rien, si tu te demandes qui a raison, toi ou les autres, va brancher ta radio et écoute ces paroles :

Vas-y saute, monte, grimpe à ton cœur – Sauve-toi, n’aie pas peur!
 Ouvre grand, mon petit. Il est temps d’avaler une énorme bouffée d’air frais.

No Comments

Post a Comment

RETROUVEZ NOUS SUR INSTAGRAM @VIEDEROOTS
giay nam depgiay luoi namgiay nam cong sogiay cao got nugiay the thao nu