Vie de Roots | Blog & Carnet de Voyage d'aventures sur les routes... | Frazer Island – Bundaberg
Carnet de voyage retracent nos periple autour du monde petit voyage pour commancer pour devenir de plus en plus grand grace a vous peut etre
Voyage, travel, Roots, Australie, Working holidays, PVT, Japon, Nouvelle Zelande, carnet de voyage, Blog de voyage, Recit, Couple,
52624
post-template-default,single,single-post,postid-52624,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland shared on themestotal.com-ver-1.8.1, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed

Frazer Island – Bundaberg

Apres notre départ d’AirlieBeach, nous décidons de continuer la route en direction de Bundaberg. Il nous faudra environ deux heures avant d’arriver dans la ville. La première chose que nous faisons en arrivant c’est d’aller au centre info pour avoir un plan de la ville et se renseigner sur la visite de la fameuse distillerie de rhum qui est très connue ici. Nous allons ensuite déjeuner sur une aire de pique-nique dans la ville puis nous décidons de visiter la distillerie. C’est assez marrant car pour arriver il nous suffit de suivre l’épaisse fumée blanche qui est dans le ciel.

 

Peut-être que vous aussi vous connaissez le rhum Bundaberg, la mascotte est un ours blanc. C’est vrai que nous l’avions souvent vu depuis que nous sommes en Australie mais comme nous ne connaissions pas nous n’avions jamais fait attention. En même temps ce rhum est distribuer a 96% en Australie, 3% en Nouvelle-Zélande et 1% dans le reste du monde, on vous en voudras pas si vous ne connaissez pas.

Le tour de la distillerie dure environ 30 minutes.. Ils nous ont conseillé de ne pas prendre tout ce qui était électronique, même la montre, parce qu’il y a tellement d’émanations d’alcool que ça pourraient faire fondre les batteries, donc pas de Gopro.

 

Nous avons plutôt compris l’essentiel de la présentation : Ils mélangent le sucre de canne avec de l’eau et laisse reposer dans des grandes cuves pendant 6 mois. Ca devient alors de la molasse (dégueulasse en goût, on a malheureusement pu goûter) ! Puis, ils rajoutent des céréales à cette composition et la distillation peut commencer, pour atteindre environ 70° d’alcool (Wow) ! Puis, ils le conservent dans des grands tonneaux pendant 2 ans, toujours à 70°, ils vont finir la fabrication du rhum en le coupant à l’eau pour qu’il n’ait plus que 38 ° ! 2 ans et demi de travail qui pour certains partent en 2 secondes lors d’une soirée trop arrosée, aucune reconnaissance,quel.gâchis ! =
Donc dans l’ensemble, très intéressant =) ! Après cette visite haute en apprentissage, se sont les papilles gustatives qui se sont mises au travail ! On avait droit à 2 verres de dégustation au choix dans la gamme des rhums produits à Bundaberg. Nous nous sommes mis d’accord pour en prendre 4 différents et se faire plaisir en les partageant.. Le Black Barrel Rhum de 10 ans d’ages, que nous avons bu ‘’on the rocks’’, le Mutiny Spiced Rhum mélange de vanille et d’épices, et les Royal Liqueur chocolat, cafe et banane, caramel. La meilleure des découvertes fut celle du Rhum aromatisé au chocolat et café à déguster avec du lait ! C’était trop.bon,un.peu.dans.le.style.du.Baileys..
Apres notre petite escapade a Bundaberg nous reprenons la route, en direction de Maryborough ou se trouve l’office du tourisme concernant Frazer Island. Maryborough est également la ville natale de Mary Poppins – ou plutôt de sa créatrice. Nous y faisons une charmante petite balade à pieds entre des bâtiments et les façades d’époque. On y croise même Mary Poppins, enfin sa statue grandeur nature, au pieds de la maison dans laquelle l’écrivain.est.née.
En attendant le départ pour Fraser, nous dormons a quelques kms de Rainbow Beach dans le national parc ou nous nous faisons littéralement dévorer par des sandflies (La sandfly est une petite bête qui, comme son cousin le moustique, va vous sucer le sang sans vous demander)

 

Frazer Island est tout simplement la plus grande ile de sable au monde. Il n’y a pas de route, seulement 120 kms de long et de sable, uniquement praticable en 4×4. Il y a quelques hôtels, l’épave d’un bateau, des lacs et une vie.sauvage.impressionnante.
Pour l’atteindre nous devons prendre le ferry dont la traversée dure seulement 15 minutes depuis le point d’embarquement sud de Rainbow Beach, on dégonfle les roues (pour conduite sur sable, indispensable) on engage le mode 4 roue motrice et débarquement sur la route principale de l’île qui borde la côte Est : 75 Mile beach,.qui.n’est.autre.qu’une….plage!.l’aventure.commence….  
Et c’est parti pour une conduite hypra sportive avec un volant qui a une fâcheuse tendance à vouloir se diriger tout seul, les vitesses à passer à la vitesse de la lumière si on ne veut pas risquer l’ensablement, la ceinture à bien attacher sous peine de vous cogner la tête au plafond et sur les côtés et surtout… essayer de ne pas freiner sans rouler.excessivement.vite !…
Quel bonheur de pouvoir rouler sur la plage déserte avec sur la droite la mer et sur la gauche la grande forêt tropicale. Au bout d’une heure de conduite sur ce décor paradisiaque nous coupons à travers champs. Mais là ce n’est plus le même délire. Le sable blanc se transforme en sentier (toujours de sable) avec peu de place pour passer. Plusieurs bosses plus tard nous arrivons au premier arrêt : Central Station, l’endroit est splendide, en plein milieu de la forêt tropicale unique de l’île. Forêt tropicale qui pousse sur du sable je vous rappelle ! nous avons avons eut le chance de croiser sur notre chemin une petite bande de bébé dingos aussi mignons les un que.les.autres.
2ème journée passée à arpenter tous les recoins de l’île… pas seulement par choix mais aussi parce que les panneaux ne sont pas vraiment clairs ! A moins que le soleil nous tapait trop sur la tête ?! On se concentrait tellement sur la route aussi, l’un à essayer de ne pas ensabler le 4×4 et l’autre tout aussi concentré à crier “wwwwooooooohhhhhh !!”, “aaahhhh !!!”. L’île a beau ne faire qu’entre 5 et 25 kms de large, en roulant sur du.sable.mou.la.traversée.peut.durer.longtemps…surtout.quand.on.se.perd!
Et autant vous le dire, en 5 jours on aura eu la chance de voir des paysages réellement magnifiques :

 

Le Lac Mackenzie : un endroit plus que superbe, l’attraction n° 1 de l’île. uniquement compose d’eau de pluie, la plage se rapproche de celle de Whitehaven Beach sable très fin blanc aux eaux transparentes avec des reflets bleuté lorsque la profondeur augmente, malheureusement le temps était pas enclin a la baignade, mais nous profitons quand même du paysage. Lac Birabeen, un autre lac un peu moins touristique et au reflet plus verdâtre.que.bleu.
- Indian Head : Une grande falaise au bord de l’océan qui nous offre de magnifiques vues sur l’île. Les dunes derrière, l’océan devant, vue imprenable sur les deux plages, c’est juste magnifique. On y apercevait même des baleines a bosses. Et là on en a pris plein les yeux !! Nous pensions que les baleines ne sautent hors de l’eau qu’une fois tous les 32 du mois et bien figurez-vous que non. on aura eu l’occasion de voir des baleines faire des acrobaties dans l’eau toutes les 30secondes. C’est un spectacle très particulier et vraiment magnifique…

 

– L’épave Maheno : fameux bateau échoué sur la plage. Pour la petite histoire ce bateau s’appelle le « SS Maheno », un navire-hôpital. Il fut construit en 1905 en Ecosse pour d’abord être un paquebot de luxe. Puis au cours de la Première Guerre Mondiale, le bateau devient un navire-hôpital. Enfin en 1935, le SS Maheno est déclaré obsolète et devait être remorqué de Melbourne au Japon pour récupérer la ferraille. En cours de route, le bateau fut pris dans un cyclone ce qui changea sa trajectoire en projetant sa carcasse sur les côtes de l’île Fraser Island.
 – Champagne pool : Protégée par les rochers, cette piscine naturelle ne présente aucun danger pour la baignade. Elle se rempli grâce aux vagues qui s’écrasent contre les rochers. On l’appelle la piscine à champagne car quand les vagues s’écrasent contre les rocher, ça fait tout plein de mousse et de bulles qui entrent dans le bassin.

– 75 miles beach : est non seulement l’ »autoroute » de l’île, mais sert aussi de piste d’atterrissage et de décollage à de petits avions ! Il est interdit de se baigner dans l’océan. Votre espérance de vie est très courte si vous vous y risquez. Requins, méduses, poissons pierre, serpents de mer, courants… les côtes de l’îles sont habitées.par.toute.sortes.d’espèces.marines.mortelles.
- Elie creek : c’est une incroyable crique d’eau douce que l’on remonte à pied par un ponton aménagé avant de se.laisser.redescendre.vers.la.mer.portés.par.le.courant.
Julien grand maître de la conduite en 4×4 ne se sera pas embourbé, grâce aux conseils d’australiens nous avons appris a dompter la bête et a passer partout même dans les endroits ou, au début nous aurions fait demi tour, encore.une.fois. »Troopy.is.the.best » !
De retour sur ‘’terre’’, nous regonflons les pneus et direction la première station de lavage pour un nettoyage complet , y compris le dessous, pour enlever toute trace de sel et éviter la rouille, même si durant ce petit séjour le sel avait déjà bien endommagé quelques partie du Troppex.

[vc_row row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » text_align= »center » video= » » css_animation= » » box_shadow_on_row= »no »][vc_column][vc_separator type= »transparent »]Voir les photos[/vc_column][/vc_row]

No Comments

Post a Comment

RETROUVEZ NOUS SUR INSTAGRAM @VIEDEROOTS [instagram-feed id="1524161449", disablemobile="false"]
giay nam depgiay luoi namgiay nam cong sogiay cao got nugiay the thao nu